La Guerre de 1812 : Les combats moins connus

De nombreuses personnes ont entendu parler de la bataille des Hauteurs-de-Queenston et de l’attaque sur York. Certains connaissent la bataille de la Châteauguay ou l’incendie de Newark. Mais qu’en est-il de la bataille de Matilda, de la bataille de Longwoods ou de l’endroit où un navire de guerre de 1812 resta bloqué à tout jamais ?


Voir La Guerre de 1812 : Les combats moins connus dans une carte plus grande

Au large de Cape Race, Terre-Neuve et Labrador Les marins Américains étaient fous de joie lorsqu’ils remportèrent une de leurs premières victoires sur la puissante marine britannique lors d’une bataille au sud de Cape Race et à l’est d’Halifax, le 19 août 1812. Le USS Constitution et le HMS Guerrière s’échangèrent de nombreux coups de canon et les équipages parvinrent même à aborder, lorsque les navires furent assez près pour permettre cette périlleuse tentative. Les Américains étaient tout simplement trop forts pour les Britanniques. Le Guerrière prit feu et les munitions qui s’y trouvaient explosèrent, entraînant la perte du navire. Le capitaine du Constitution, Isaac Hull, fut automatiquement proclamé le héros de la bataille et cette victoire précoce des Américains donna lieu à de grandes réjouissances.

Sandwich (Windsor), Ontario Moins d’un mois après la déclaration de guerre des Américains, le général William Hull traversa la rivière Detroit le 12 juillet 1912 dans le but d’envahir le Haut-Canada. Il s’installa avec ses troupes à Sandwich (aujourd’hui Windsor) et établit son quartier général dans la maison de son vieil ami, François Baby. Il voulait attaquer Amherstburg par le sud, un bourg surplombant l’endroit où la rivière Détroit rencontre le lac Érié, mais il sonna la retraite et ramena ses troupes aux États-Unis en seulement quelques jours, craignant de manquer de matériel et de munitions pour tenir le coup.

Gananoque, Ontario Le 21 septembre 1812, environ 70 artilleurs américains sous le commandement du capitaine Benjamin Forsyth attaquèrent cette petite ville sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent. Un groupe de 60 miliciens (des civils formant des unités de combat), surpris et à moitié habillés, commandés par le colonel John Stone, se dépêcha sur les lieux. Après une courte bataille, les Américains prirent des armes et des munitions et mirent le feu à un commerce avant de retraverser le fleuve, craignant de rencontrer les troupes de retour vers Kingston.

Île Toussaint (près de Prescott), en Ontario Plus de 30 navires remontaient le fleuve Saint-Laurent, vers Kingston, le 16 septembre 1812. Ils étaient chargés de passagers, principalement les familles des soldats du Royal Newfoundland Regiment, et de matériel. Les Américains avaient mené un raid sur l’île et fait prisonnière la famille Toussaint, mais M. Toussaint réussit à s’échapper et à avertir les navires. Ils changèrent de direction, mais furent quand même attaqués par les Américains, qui tiraient autant sur les soldats que sur les femmes et les enfants. Des renforts britanniques arrivèrent plus tard et les Américains durent battre en retraite sur leur côté du fleuve. L’escarmouche est aujourd’hui connue sous le nom de bataille de Matilda, car elle a eu lieu dans le canton de Matilda.

Wasaga Beach, Ontario Le Nancy était une goélette qui servait au commerce de la fourrure avant d’être transformée en navire de guerre. Le 14 août 1814, le navire se retrouva au centre d’une bataille près de l’endroit aujourd’hui connu sous le nom de Wasaga Beach, en Ontario; une explosion provoqua un incendie à bord et son naufrage. En 1925, on découvrit les vestiges du navire et en 1928, ils furent exposés sur l’île Nancy. On peut maintenant y visiter le musée consacré au Nancy.

Cook’s Mills, Ontario Un cairn de pierre et une plaque marquent le site de cette bataille peu connue qui se déroula à l’endroit aujourd’hui appelé Welland, en Ontario, le 19 octobre 1814. Les troupes américaines, sous le commandement du major-général George Izard, se dirigeaient vers une bataille les opposant au lieutenant-général, Gordon Drummond, dont les hommes étaient postés le long de la rivière Chippawa, à proximité. Izard, voulant tester leur force, envoya 900 soldats pour les attaquer, près de Cook’s Mills. Le commandant des lieux, le lieutenant-colonel Christopher Myers, dirigea les forces britanniques et canadiennes et remporta la victoire contre les Américains, qui durent battre en retraite à Fort Érié.

Wardsville, Ontario Maintenant le lieu historique national de la colline-Battle Hill, cet endroit à l’ouest de London fut témoin de la bataille de Longwoods. Les Britanniques, avec les Premières nations et des milices canadiennes, y furent vaincus lors de la bataille qui se déroula le 4 mars 1814, et durent battre en retraite jusqu’à 40 kilomètres à l’est. Malgré leur victoire, les Américains n’avancèrent pas et retournèrent à Detroit.

Lacolle, Québec Avec une force de 4 000 hommes, soit huit fois plus que ses opposants, le major-général James Wilkinson était certain de remporter la bataille du moulin de Lacolle. Mais lorsqu’il attaqua, le 30 mars 1814, il constata que ses armes ne lui permettaient pas d’atteindre les troupes britanniques et les milices canadiennes, protégées par les épais murs de pierre du moulin. Les Américains furent écrasés et les tentatives de Wilkinson pour transformer cet échec en victoire poussèrent un autre officier à s’exclamer : « Son talent consiste à raconter ses exploits tels qu’ils ne se sont pas réalisés! ». On peut visiter le site de la bataille, qui est seulement à 10 km au nord de la frontière avec les États-Unis et à environ 60 km au sud-est de Montréal.

Projet partiellement financé par le gouvernement du Canada (ministère du Patrimoine canadien).
  • Canadian Heritage /    Patrimoine Canadien
  • Government of
    Canada
  • HBC: Hudson's    Bay Company
  • ecentricarts inc.